Saveurs durables…

Edit du mois d’avril 2013. J’ai été jury de l’édition 2013 du concours Saveurs durables aux côtés de Cléa, Marie Laforêt et Sébastien Kardinal: que de souvenirs!

Edit du mois de juin 2012. L’ebook 2011 réunissant les recettes finalistes de la première édition du concours Saveurs Durables est disponible. L’ebook, entièrement gratuit, est téléchargeable ici.

Edit du 10 octobre. Le jury composé de Déborah Brown Pivain, directrice de la chambre d’hôtes The Gentle Gourmet à Paris, d’Anne Brunner auteure de livres de cuisine et de Blogbio, de Sébastien Kardinal, journaliste et co-auteur du site VG-zone.net, et de Charles Soussin, professeur de cuisine m’a désigné Lauréate de  la première édition de ce concours Culinaire, éthique et écologique. Je les en remercie!

Edit du 8 septembre: Vous avez du bien cliquer car je suis finaliste de ce concours 😉 Je présenterai donc ma recette face au jury le samedi 8 octobre 2011. Je vous remercie chaleureusement d’avoir apprécié ce pain d’épices aux saveurs automnales!

J’aime l’idée d’une alimentation durable et équilibrée, cette alimentation qui comporte des aliments d’origine végétale, locaux et de saison, peu transformés, des produits respectant la biodiversité et d’origine biologique. Alors quand Végébon m’a proposé de participer au concours Saveurs durables, saveurs véganes, j’ai imaginé une recette utilisant des fruits d’automne (la finale ayant lieu début octobre), des produits de ma région (noix et coings), sans aliment d’origine animale (ou presque…).

Je n’avais pas alors pensé que le miel, dans une alimentation végan, ne pouvait être utilisé. Sandrine me l’a fait remarqué et après un échange très intéressant sur le sujet,  je l’ai alors remplacé par du sucre de canne blond et de la mélasse de canne à sucre. Je réponds alors aux consignes du concours mais je reste convaincue qu’au point de vue d’une alimentation durable, il parait préférable d’utiliser un produit sucrant produit localement, n’ayant subi aucune transformation, et transitant par des circuits courts favorisant les échanges entre producteur et consommateur.

Il ne reste que quelques jours pour voter pour ma recette dans la catégorie DESSERT. Elle est tout en bas de la page Pommes et coings pochés et leur pain d’épice aux noix et coings. Alors, si ça vous dit cliquez!

Pommes et coings pochés et leur pain d’épice aux noix et coings

LES FRUITS POCHÉS

  • 750 ml d’eau
  • 200 g de sucre
  • 1 bâton de cannelle
  • 1 gousse de vanille
  • 3 étoiles de badiane
  • 4  petits coings
  • 4 pommes

Porter à ébullition l’eau, le sucre, la cannelle et la vanille dans une casserole de petite taille pour que les fruits soient bien couverts de sirop. Pendant ce temps, peler les coings, enlever les cœurs et les découper en morceaux (des huitièmes coupés en 2). Plonger les morceaux de coings dans le sirop et les faire cuire pendant 15 minutes. Pendant ce temps, peler les pommes, enlever les cœurs et les découper en morceaux (des huitièmes coupés en 2). Au bout des 15 minutes de cuisson des coings, rajouter dans le sirop, les morceaux de pommes  et continuer la cuisson des coings et des pommes pendant encore 15 minutes. Laisser refroidir et servir.

LE PAIN D’ÉPICES

  • 200 g de miel de montagne ou [125 g de sucre de canne blond et 1 cuillère à soupe bombée de mélasse de canne à sucre et 15-20 cl d’eau]
  • 200 g de farine de blé T65
  • 50 g de tourteaux de noix de Grenoble
  • 2 c. à café de poudre à lever
  • 25 g de sucre de canne brun Rapadura
  • 1 c. à café de cannelle en poudre
  • 1/2 c. à café de gingembre en poudre
  • 1/2 c. à café de cardamome en poudre
  • 1/2 c. à café de coriandre en poudre
  • 2 pincée de sel
  • 2 c. à soupe de gelée de coing maison
  • 60 g de pâte de coing maison
  • 60 g de cerneaux de noix de Grenoble

Préchauffer le four à 165°. Concasser les cerneaux noix. Couper la pâte de coing en petits morceaux. Dans une petite casserole, faire chauffer à feu doux le miel [ l’eau et y diluer la mélasse]. Dans un saladier, mélanger la farine, les tourteaux de noix, la poudre à lever, le sucre, les épices et le sel. Ajouter le miel chauffé et la gelée de coing [l’eau chauffée avec la mélasse et la gelée de coing]. Remuer jusqu’à obtenir une pâte homogène. Enfin, rajouter les noix et les morceaux de pâte de coing et remuer délicatement afin de les enrober de pâte. Verser la pâte dans un moule à cake huilé. Enfourner pour 45 minutes. Surveiller la fin de cuisson en piquant le gâteau avec la lame d’un couteau: elle doit ressortir sèche. Laisser tiédir un quart d’heure avant de démouler.

11 commentaires

  1. On peut faire la même chose sans peler les coings… Evider simplement les quart. Une fois pochés, la peau s’enlève toute seule!
    Recette ramenée de Turquie, eau de fleur d’oranger au lieu de canelle, un délice.

    • Merci pour ton astuce et ta suggestion de marier le coing à l’eau de fleur d’oranger!

  2. Merci pour ton gentil message laissé sur mon blog. Je fais mon mea culpa pour ne pas t’avoir identifiée plus tôt. D’autant plus que je suis ton blog depuis quelques temps (mais pas suffisamment bien apparemment…). Vraiment ravie de pouvoir te rencontrer samedi. 🙂

  3. Que de créativité dans ces recettes .. Des mélanges, des jeux de couleurs, des associations de saveurs. Mmm j’en ai l’eau à bouche !

  4. Il est clair que la démarche est nécessaire… Mais la majorité est-elle prête à l’entendre ? Si les problèmes de la surconsommation et du gaspillage ne touchent pas son assiette, j’ai peur que non… 🙁

  5. Sympa cette idée de concours.en effet un produit sucrant local autre que le sucre ça risque d’être dur. A part faire du salé…Ca met en appétit en tout cas. Je vais allé voter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.