Petits gâteaux à la vapeur

#ASTUCE# Cuire de petits gâteaux à la vapeur 

Pour une cuisson sans four classique ou à micro-onde, on pense à la casserole avec ou sans panier pour des gâteaux à la vapeur. Comment elles faisaient nos grands-mères sans four ?

collage

Petits gâteaux et pâte à choux

Il y a 10 ans, j’ai découvert la cuisson à la vapeur des petits gâteaux à la lecture d’un livre dont je suis absolument fan Petits gâteaux et pâte à choux, Un atelier de pâtisserie pour enfants de Ruth Kreider-Stempfle et Bettina Frensemeier (livre que l’on ne trouve hélas plus maintenant en librairie).  Les auteures cuisent de petits puddings au chocolat dans des ramequins recouverts de papier aluminium disposés dans une casserole remplie à 2 centimètres d’eau. Elles couvrent et portent à ébullition. Elles réduisent ensuite le feu et poursuivent la cuisson 20 minutes avant de les déguster chaud accompagnés d’une boule de glace.

Comment je me suis appropriée cette cuisson à la casserole

L’emploi de papier aluminium me déplaisant un peu, j’ai essayé de cuire ces puddings sans les recouvrir de cette feuille métallisée. Et bien, ça a marché aussi : les gâteaux n’étaient pas plus humides. Exit donc la feuille d’aluminium !

Envie aussi de varier les moules : ramequin, petite ou grande tasse, mini-cocotte, verre à tapas et même pot de confiture… Bien sur en fonction de leur taille, je fais attention à ce que l’eau dans la casserole ne dépasse pas le tiers de leur hauteur : je limite ainsi les projections d’eau dans les gâteaux. Et j’adapte également le temps de cuisson.

De là à tester sur une pâte de gâteau au yaourt…

… c’était tellement tentant ! Et bien, cela fonctionne très bien. Bien sur, on perd le doré et le croustillant de la croûte mais on y gagne en moelleux. Les petits gâteaux sont joliment bombés, un dôme certes un peu clair et se démoulent parfaitement même sans beurrer le moule. Ils sont très agréables à manger à la sortie de la casserole, tout chauds et tout tendres. On peut même les manger à la petite cuillère.

On ne se rapproche pas là des mugs cake?

Oui ! Et ce n’est pas Marie Chioca qui me contredira. Elle a d’ailleurs mis en place cet été une série de recettes de mug cakes sucrés et salés à cuire non pas au micro-onde mais à la casserole. Et comme à son habitude, les recettes sont saines et gourmandes…

Petit bonus : la cuisson au panier vapeur !

Pour un résultat identique, on peut faire cuire ses petits gâteaux en les déposant dans le panier vapeur de notre casserole. Même temps de cuisson !

Petits gâteaux à la vapeur

Pour 2 petits gâteaux. Tous les ingrédients étant issus de l’agriculture biologique.

  • 70 g de farine de blé T65
  • 40 g de sucre de canne blond (ou complet)
  • 1/2 c. à café de poudre à lever
  • 1/4 c. à café d’épices (vanille, cannelle, cardamome, poudre chai…)
  • 1 œuf
  • 3 c. à soupe de yaourt (ou de compote de fruits pour une douce saveur fruitée ou de banane écrasée)
  • 1 c. à soupe d’huile d’olive

Dans un saladier, verser la farine, le sucre, la poudre à lever et les épices, et mélanger. Ajouter l’œuf,  le yaourt (ou la compote) et l’huile. Mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène. Verser dans 2 moules individuels.
Poser vos moules dans une casserole et verser de l’eau jusqu’à un tiers de la hauteur du moule, les retirer, et porter l’eau à ébullition. Déposer alors les gâteaux, couvrir et laisser cuire 15 minutes sans soulever le couvercle. Vérifier la cuisson : la lame d’un couteau doit ressortir sèche.

Petits gâteaux à la vapeur

Céline Mennetrier – Grenoble – Mars 2015

16 commentaires

  1. Testé avec la poudre chaï (que je vais m’empresser d’offrir aux copines !), sucre complet et yaourt soja Miamm… Prochain test : salé et un peu roots, à suivre ^^ Merci Marie, merci Céline

    • Coucou Eugénie ! Donc la poudre chai te plait ? Pour aromatiser des crèmes dessert, elle est top aussi. J’attends ta recette en version salée un peu roots… 😉
      Bye !

      • La poudre Chai me fait voyager, une amie a adoré. Et moi j’adore avec un peu (beaucoup) de lait d’avoine et du thé noir ou du roïboos selon l’heure ! J’en ajoute aussi parfois à mon porridge qu’il soit cru ou cuit.
        Pour la version salé « roots », je suis partie sur un purée carotte (râpée pour une cuisson minute) ail, mixée grossièrement avec des grains de maïs (les épis vendus sous vide). Un jeune oignon blanc, vite revenu dans l’huile d’olive, du piment d’Espelette, un vieux comté et quelques olives de Nyons. Pour les farines : T80 et farine de maïs.
        Résultat entre la texture d’une quenelle et un parfum de polenta ! 😉 Voilà, essai réussi mais 1 portion pour 2 aurait suffi pour le soir ! J’ai terminé le mien au petit déj.

        • Merci beaucoup Eugénie pour le partage de ta recette ! Je suis persuadée qu’elle inspirera bien des cuisiniers ! Bien à toi, Céline.

  2. Oh ! Etonnant mode de cuisson mais pourquoi pas après tout ! Merci pour ces infos, je découvre des nouvelles choses 🙂

    • Tes recettes valent tellement le coup d’être partagées ! A très bientôt, j’espère… embrasse les tiens.

    • Une cuisson originale pour une texture toute particulière : à la maison ma benjamine en est folle !

  3. Quelle coïncidence, j’ai testé la recette chocolat de Marie chioca hier midi ! Soit je l’ai trop cuit, soit la farine de kamut était trop complète, je l’ai trouvé un peu poufpouf mais il a parfaitement rempli son role de gâteau au chocolat express pour travailleuse free-lance passagèrement déprimée… Bon je vais réitérer d’autres versions (Marie et toi) avec un testeur de plus ! Bon we !

    • A la maison certains adorent cette texture et d’autres préfèrent la cuisson au four. Quant à moi, quand les saveurs des pâtes sont douces la cuisson vapeur me plait bien mais pour des versions chocolat, je préfère une cuisson plus traditionnelle !

      • Testé avec la poudre chaï (que je vais m’empresser d’offrir aux copines !), sucre complet et yaourt soja Miamm… Prochain test : salé et un peu roots, à suivre ^^ Merci Marie, merci Céline

  4. C’est super intéressant ça ….pour pâtisser dans la nature !! Je vais essayer pour voir si le moelleux l’emporte sur le croustillant.

    • Et oui ! On pourrait appeler ces gâteaux, des gâteaux camping ou gâteaux nomades… Des bises aux étages !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *