La Chartreuse ®

C’est à Voiron, commune située à 25 km au nord-ouest de Grenoble que les Pères chartreux depuis 1935 distillent dans le secret leur liqueur. Un secret qui remonte à 1605…

Du manuscrit à l’élixir végétal

Elixir Végétal

1605, le maréchal d’Estrées remet aux moines de la Chartreuse de Vauvert, à Paris, un manuscrit à l’origine inconnue: la formule d’un élixir. Pendant plus d’un siècle, cette recette est très peu utilisée, jusqu’en 1737, où les moines de la Grande Chartreuse,  dans le massif de la Chartreuse, près de Grenoble, décident de l’étudier. Frère Jérôme de Maubec, l’apothicaire met alors au point la recette de ce qui devint l’Elixir végétal de la Grande-Chartreuse.

130 plantes médicinales et aromatiques pour une liqueur digestive et tonique très efficace, qui titre à 69°, tout de même. Aujourd’hui encore, elle  est commercialisée! Un étui de bois protège le petit flacon de 10 ml pour assurer une parfaite conservation de cet élixir de longue vie.

Chartreuse verte et chartreuse jaune

 1764, la Chartreuse verte 55 ° est mise au point à partir de la formule de l’élixir. Seuls, deux Frères en connaissent la recette. Encore de nos jours, la recette n’est connue que par deux moines! Nuls autres qu’eux ne sait ni le nom des 130 plantes qui la composent, ni la manière de les assembles et de les distiller, et encore moins le fabuleux secret qui permet d’obtenir naturellement cette superbe couleur verte.

Chartreuse verte et jaune

1789! La révolution française disperse les moines; la formule se perd. Elle refait surface sous l’Empire. Non exploitée par l’Etat qui la détient, elle est renvoyée au monastère de la Grande-Chartreuse.

En 1838, afin de produire une liqueur plus douce et moins alcoolisée que la verte,  les moines en adaptent la formule: la Chartreuse jaune voit le jour!

 Du monastère de la Grande Chartreuse à Voiron

  •  De 1737 à 1860, l’Elixir végétal, la Chartreuse verte et la Chartreuse jaune sont élaboré au monastère.
  • De 1860 à 1903, c’est à Fourvoirie, distillerie construite à quelques kilomètres du monastère, à Saint Laurent du Pont que la production des liqueurs a lieu.
  • 1903, les chartreux sont expulsés de France. Emportant leur secret, ils se réfugient à Tarragone, en Espagne où ils implantent une distillerie qui restera en activité jusqu’en 1989.
  • Entre 1930 et 1935, retour à la distillerie de Fourvoirie jusqu’à la nuit du 14 au 15 novembre 1935. Un glissement de terrain emporte cave et entrepôts.
  • Depuis 1935, où la production a été transférée, Voiron est l’unique lieu de production de la Chartreuse. Seul le travail des plantes est réalisé au monastère dans l’ancienne boulangerie. Là, elles sont réceptionnées, séchées puis triées, broyées, pesées et mélangées avant d’être livrées dans de grands sacs numérotés à la distillerie.

Transchartreuse

 La fabrication à la distillerie de Voiron

  • Les plantes, par famille sont mises à macérer dans l’alcool.
  • Les macérations sont ensuite versées dans des alambics pour 8 heures de distillation: chaque série de plante donne un alcoolat différent. A côté des alambics centenaires, se trouve des alambics ultramodernes en inox qui peuvent être contrôlés à distance par informatique depuis le monastère situé à près de 25 kilomètres.
  • Enfin, les différents alcoolats sont mélangés. On y ajoute du miel distillé, du sirop de sucre et la décoction de plantes qui donne à la liqueur sa couleur naturelle. Seuls les moines chartreux ont la connaissance du secret de la coloration naturelle verte par les plantes.
  • Avant d’être mise à vieillir dans des foudres en chêne, la liqueur est contrôlée en laboratoire par les chartreux.
  • Les moines analysent la liqueur vieillie en foudre avant de décider de l’embouteiller et de la commercialiser.
  • La liqueur peut enfin être mise en bouteille. La chaîne d’embouteillage est automatisée.

Chartreuse

De nouvelles cuvées

 Depuis l’élaboration de la Chartreuse jaune en 1838, de nouvelles cuvées, toujours basées sur la recette de l’élixir, sont élaborées par les pères chartreux:

  • la VEP, Vieillissement Exceptionnelement Prolongé, en 1963. Bouteille numérotée au bouchon scellé à la cire avec l’emblème de la Grande Chartreuse.
  • la liqueur des Jeux olympiques de Grenoble en 1968,
  • la liqueur du 9° Centenaire créée en 1984, présentée dans une bouteille identique à celle utilisée au siècle dernier,
  • La Chartreuse 1605 appelée Liqueur d’Elixir. Cette liqueur célèbre le 400ème anniversaire (2005) de la remise du mystérieux manuscrit aux chartreux contenant la formule de l’elixir de longue vie.
  • Le joyau des Meilleurs Ouvriers de France Sommeliers. Une jaune très typée, puissante, une belle collaboration entre les MOF Sommeliers et les liquoristes chartreux.

Chartreuse 1605

 Avec modération 😉

 La Chartreuse est une liqueur digestive. Elle se sert traditionnellement glacée à la fin d’un repas. Depuis quelques années, néanmoins, elle rencontre sans cesse de nouveaux consommateurs. Ce qui n’est pas sans déplaire aux moines qui s’assurent ainsi en toute indépendance leur survie, et  leur vocation de prières et de louanges. Aux Etats-Unis, la Chartreuse deviendrait presque la boisson de référence des barmen. Elle y a connu un grand succès avec le Swamp watter (eau marécageuse), un cocktail de Chartreuse verte, vodka et jus d’ananas. Elle se boit donc maintenant en long drink, en cocktails en passe de devenir de grands classiques (l’Episcopale, le Chartreuse Tonic, le Green chaud), ou en shots. Elle se prête aussi à quelques desserts comme les glaces et les sorbets.

Comment je me suis amusée avec la Chartreuse 1605

La Chartreuse que je préfère est la Chartreuse 1605. Elle titre à 56°. C’est la toute première Chartreuse que les chartreux ont fait renaître en 2005 pour fêter ce 400ème anniversaire de la remise du manuscrit de l’élixir de longue vie. Elle est puissante et vive.

Le parfait est un entremet glacé contenant de la crème fraîche montée en chantilly qui apporte à la glace beaucoup d’onctuosité… Il est très facile à faire et ne nécessite pas de sorbetière. Je le sers, été comme hiver, dans des verres à apéritif en fin de repas.

Parfait à la CHartreuse

Le Chartreusito s’inspire de la recette du Mojito au rhum. Il est agréable à boire!

Chartreusito

La Chartreuse, l’émeraude des Alpes?

Le massif de la Chartreuse est un bijou qui s’étend entre Grenoble, Voiron et Chambéry.  Mystérieuse et préservée, belle et sereine, silencieuse!  Pas si étonnant que ça que les compagnons de Saint Bruno s’y soient installés il y a près de 900 ans  pour y trouver la solitude  qu’ils recherchaient.

Les vacances ne sont pas loin! Posez vos sacs quelques jours par ici. Ressourcez vous. La Chartreuse? Un massif, un monastère, une liqueur…

[Source: La chartreuseDelachartreuseMusée de la Grande ChartreuseTransChartreuse ]

Céline Mennetrier – Grenoble – Juin 2013

3 commentaires

  1. Bonjour,
    Je suis belge mais fréquente les environs de Voiron depuis… longtemps.
    Vos informations sur la Chartreuse sont très complètes, bravo.
    Cependant, l’elixir, dans sa caissette en bois, titrait 71° il y a quelques années et sans véritable raison officielle a perdu 2° d’alcool.
    Il y a quelques années, j’achetais ma chartreuse verte qui était fabriquée à Barcelone ! Donc, Voiron n’était pas la seule usine de production, je pense.
    Bonne continuation.
    Francis, Liège, Belgique

    • Bonjour Francis,
      Je pars à la recherche de réponses: je viens de contacter à l’instant avec Chartreuse diffusion. Je reviens vers vous dès que j’en sais un peu plus!
      Merci de votre visite et bonne continuation!

    • Bonjour Francis!

      Me voilà déjà de retour pour répondre à vos questions grâce à la superbe réactivité des relations publiques de Chartreuse diffusion! Merci Florence.
      Je vous laisse lire leur réponse: « A la suite de la loi sur les Associations, les Chartreux ont été expulsés de France en 1903. Avant la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Ils ont ouvert une distillerie à Tarragone, en Espagne (qui est proche de Barcelone), pour continuer à élaborer les liqueurs de Chartreuse. Cette distillerie a été fermée en 1989. Les liqueurs de Tarragone commencent à être rares et sont très prisées par les collectionneurs.
      Ils sont revenus en 1929 en tant que distillateurs dans leur distillerie de Fourvoirie près du monastère.Cette distillerie a été détruite par un glissement de terrain en 1935. Depuis les Chartreux élaborent les liqueurs à Voiron effectivement.
      En ce qui concerne l’Elixir, il a été baissé de 2° à cause des douanes qui considèrent les produits de plus de 70° comme dangereux. »

      Bien à vous,
      Céline.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *